Novembre 2007/4

N°204 -Message du 17 octobre

Mis à jour le lundi 11 avril 2011.

Message du 17 octobre 2007

Auteur : Eugen Brand

Le 17 octobre 1987, ici même, à l’endroit où fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l’homme, l’histoire des très pauvres s’est inscrite dans l’histoire de l’humanité. Ce jour là, le père Joseph Wresinski fit graver un Appel sur une dalle de ce parvis. Il invitait tous les hommes à retrouver leur humanité commune et à s’unir avec les victimes de « la faim, l’ignorance et la violence ».

Nous répondons aujourd’hui à cet Appel mûri en terre d’humiliation et de souffrance. En effet, c’est dans la boue d’une ancienne décharge, aux portes de Paris, que Joseph Wresinski a créé une alliance entre les très pauvres et les autres, au nom de leur humanité commune et de leur égale dignité.

Il était convaincu que les uns ne se libéreraient pas de leur révolte, sans que les autres ne se libèrent de leur aveuglement. Convaincu que, face au mépris qu’une société peut reproduire d’une génération à l’autre, cette alliance s’imposait.

En ce 17 Octobre 2007, dans nos têtes et dans nos cœurs se bousculent les noms d’hommes et de femmes, d’enfants et de jeunes, de familles, qui nous ont précédés, qui n’en pouvaient plus de la honte, de ces regards qui les traversaient, comme s’ils étaient transparents. Le chant qui nous porte ce soir nous unit à leur espérance. Les voix qui nous rejoignent depuis 141 pays, à travers la Déclaration de Solidarité : « Refuser la misère, un chemin vers la paix », font apparaître dans la lumière cette chaîne immense de personnes qui luttent pour la justice et appellent à la fraternité. Chaîne humaine dans laquelle, vous les enfants, vous les jeunes, vous êtes devant.

Et parce qu’il est devenu possible de dépasser la peur, de se regarder dans les yeux, d’unir nos voix, de s’asseoir autour de la même table, de comprendre nos histoires personnelles et collectives, une intelligence nouvelle a jailli. La paix devient possible. L’égale dignité remplace l’humiliation, le croisement des savoirs chasse l’ignorance, l’engagement l’emporte sur le fatalisme.

Mais, restons vigilants ! L’actualité nous y oblige : « Les Droits de l’homme sont violés. » Dans tous nos pays, des personnes, des familles, des communautés sont déplacées, forcées à l’exil, chassées et privées de tout. Les forts continuent à décider à la place des faibles, sous prétexte de les protéger. Les sécurités s’accumulent pour les uns, au prix d’une totale insécurité pour les autres.

Les stratégies politiques qui visent une réduction du nombre des pauvres de 10, 30 ou 50% portent le danger d’une logique redoutable d’écrémage et de résignation. Elles risquent de nous détourner du but essentiel qui est l’accès de tous, sans exception, aux droits fondamentaux de tous.

Osons agir ! Face au changement climatique, osons agir pour que l’écologie et le développement durable se pensent avec celles et ceux qui sont obligés d’aménager leur vie dans les lieux les plus dégradés, obligés de s’ingénier à gérer au compte-gouttes les ressources communes que sont l’eau, l’électricité et le bois.

Face à la globalisation de l’économie, osons agir avec celles et ceux qui sont obligés de réorganiser leurs journées comme leurs nuits, en permanence, pour affronter des situations de chômage, de petits boulots ou d’inutilité imposée.

Dans ce monde passionné de communication, osons faire place à celles et ceux qui marchent de longues heures pour prendre nouvelles des autres, remplis de cette certitude que, pour sortir de la misère, il faut communiquer et partager le savoir.

Face aux conflits qui ensanglantent la terre, osons apprendre de celles et ceux qui, violentés par une vie insupportable, portent en eux une paix que le monde ne connaît pas, une paix bâtie à l’épreuve du pardon.

Soyons convaincus que par ce partenariat la pensée de notre temps, les données de la vie politique, l’esprit des institutions et des lois, la vie des confessions religieuses se ressourceront et se transformeront en profondeur.

« S’unir est un devoir sacré » Donnons-nous les moyens de ce défi ! Créons, dans tous les espaces culturels, politiques et spirituels, des lieux, où des citoyens en grande pauvreté et d’autres acteurs peuvent faire ensemble, dans la durée, l’apprentissage et l’exercice de cette responsabilité de « s’unir » pour inventer une culture qui est rencontre du meilleur de chaque personne, de chaque peuple et « qui deviendra l’Histoire même des Hommes »

En ce 17 Octobre 2007, nous réaffirmons, avec les artisans de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme, notre engagement pour un monde, « où chacun est libre de penser et de croire, libéré de la misère et de la terreur ». Nous réaffirmons, avec tous les acteurs de la Déclaration de Solidarité, notre responsabilité pour « un monde riche de tout son monde ». Nous réaffirmons, avec les mots de Joseph Wresinski, notre passion pour « un monde où la justice et le cœur seront enfin réconciliés  »

(Revue Quart Monde n°204, 2007/4)

Message du 17 octobre 2007