Trimestriel 1991/4

N°141 - Prendre du temps à penser

Mis à jour le lundi 11 avril 2011.

Prendre du temps à penser

Auteure : Alwine Antoinette de Vos van Steewijk, présidente du mouvement international ATD Quart Monde Quart Monde

Le monde est pressé. Il faut tenir tête à la concurrence japonaise, maîtriser la question du pouvoir nucléaire des républiques de l’Est, arrêter l’effritement de la couche d’ozone… Nos villes se détériorent, les demandeurs d’asile traversent toutes nos frontières, le fascismes relèvent partout la tête. « Il n’y a pas de temps à perdre, il faut agir » écrit un grand quotidien néerlandais.

Pour éviter les catastrophes, il faut agir, certes, mais savons-nous comment ? Il y a très longtemps que la catastrophe ne guette plus les plus pauvres. Chez eux, elle s’est installée à demeure, brisant les cœurs, les esprits, les efforts, les vies, au Nord comme au Sud, à l’Ouest comme à l‘Est. Ce n’est pas faute d’action : il est injuste de prétendre que l’humanité ne fait pas d’efforts honorables et efficaces pour enrayer la misère. Si nous prenions le temps d’en faire le compte, serions-nous moroses comme on nous reproche de l’être ?

Pour les plus pauvres, en tout cas, ce serait gagner du temps que d’apprendre de leurs réussites, de leurs « success stories » comme dit le professeur Jona Rosenfeld de Jérusalem. Il est un des fondateurs de la Fondation Joseph Wresinski, parce qu’il pense indispensable de ne rien perdre de l’histoire commencée par le père Joseph qui a révélé comme nul autre les capacités des plus démunis. Les soupes populaires, bien des revenus minimum ou des mesures humanitaires à la marge, ne font pas place à ces acquis.

Venu de chez les plus pauvres, le père Joseph a osé amorcer entre eux et d’autres citoyens une démarche de fraternité et de citoyenneté en avance sur notre temps. Est-il plus grande urgence pour nos démocraties, qui ne veulent pas de l’exclusion sociale, que des personnes de toutes conditions prennent le temps de se regarder et de penser ensemble pour demain ? Tel est l’effort auquel contribue la revue Quart Monde.

(Revue Quart Monde n°141, 1991/4)