Juin 1995/2

N°154 - L’homme en question

Mis à jour le lundi 11 avril 2011.

L’homme en question

Auteure : Alwine Antoinette de Vos van Steenwijk, présidente du mouvement international ATD Quart Monde

A l’occasion de la nouvelle maquette de Quart Monde, n’est-il pas utile de redire la volonté de la revue d’être un espace de réflexion et d’échange sur les chances que la génération d’aujourd’hui doit saisir pour bâtir un avenir commun ? La revue continue d’être animée par le questionnement sur l’homme. Elle le fait, pour la part, à partir de l’expérience et de la pensée des plus oubliées de nos sociétés. Car, n’est-il pas profonde injustice de reléguer au domaine social la question de celui que la misère fait taire ?

Le plus pauvre est d’abord un homme, qui met en question toutes nos entreprises humaines, politiques, culturelles et spirituelles. « S’il existe un échec de l’humanité, plus profond que tous les autres, je crois que c’est celui-là : de ne pas savoir discerner, dans le pauvre, ce qui est réellement l’homme, de l’approcher au niveau de son avoir ou de ses manques, au lieu de l’approcher au niveau de son être. Seul le face à face avec l’homme tel qu’il est en lui-même peut nous sauver de ce danger, et nous faire avancer vers un enrichissement mutuel », disait le père Joseph Wresinski.

La revue Quart Monde est convaincue que le refus de l’inhumain manifesté par les plus pauvres doit fonder un courant de refus de la misère. C’est un défi auquel ils invitent ceux qui, à leurs côtés, s’efforcent de comprendre et d’agir, et ceux qui veulent porter cette exigence au cœur de leurs engagements, leurs professions ou leurs études.

Au-delà d’une actualité du monde qui semble faire accroire notre impuissance, n’est-il pas urgent de rendre visible le désir de paix qui demeure en tout homme et intelligibles l’expérience, les initiatives et la réflexion des uns des autres ? Là est l’ambition que Quart Monde voudrait partager avec ses lecteurs et ses auteurs.

(Revue Quart Monde n°154, 1995/2)